5 signes d’un éventuel déséquilibre hormonal

Bien-être
desequilibre-hormonal

Les hormones sont les “messagers” de notre corps, elles régulent et assurent le bon fonctionnement de différentes parties de l’organisme, du cerveau au système digestif. L’équilibre hormonal est en constante évolution dynamique, et la mécanique idéale peut rapidement être perturbée si l’une des hormones prend trop de place (ou pas assez). Notre équilibre psychologique et physique peut alors être bousculé. C’est pourquoi il est essentiel de mieux comprendre notre équilibre hormonal, propre à chacune, pour mieux identifier les causes racines du déséquilibre et éviter que ce déséquilibre hormonal ne se convertisse en pathologie dans la durée. Chez les femmes, certains signes et symptômes peuvent révéler un dérèglement hormonal.

Vous observez un déséquilibre dans votre cycle menstruel

Dans la plupart des cas, un dérèglement de l’équilibre hormonal peut entraîner un déséquilibre de votre cycle menstruel. En effet, les règles qui surviennent hors du cycle normal sont considérées comme des troubles menstruels. Le déséquilibre observé peut être sur l’intensité des règles, la fréquence ou même sur la combinaison des deux.

Une perte chronique de sang peut influencer l’état général de la patiente. Notamment dans les cas où vous souffrez d’aménorrhée (absence de règles hors période de ménopause) ou de pertes trop abondantes : en temps normal, nous sommes censées perdre entre 8 et 10 cuillères à café de sang par cycle.

Vous pouvez aussi souffrir de cycles très irréguliers liés au stress ou au début de la phase de périménopause. Quels autres symptômes peuvent alors nous alerter ?

Vous avez pris du poids même si vous mangez correctement

L’activité physique, l’alimentation et le mode de vie influencent sans aucun doute la répartition des tissus adipeux et le poids corporel. De même, l’équilibre hormonal joue un rôle capital à cet effet. Ainsi, une prise du poids inattendue et soudaine peut être le signe d’un déséquilibre hormonal comme l’hypothyroïdie, qui se caractérise aussi par une tendance à la frilosité. En effet, certaines hormones contrôlent de façon directe ou indirecte les processus métaboliques. Par exemple, l’œstrogène joue un rôle important dans la sécrétion de la leptine, l’hormone qui régule la sensation de satiété et de faim.

Certaines études révèlent aussi qu’une baisse du niveau d’œstrogène dans le corps provoque une réduction de la sécrétion de cette hormone. De même, une perte de poids inexpliquée peut être le signe d’un déséquilibre hormonal comme l’hyperthyroïdie. En effet, quand l’organisme produit trop d’hormones thyroïdiennes, le métabolisme s’accélère et donne lieu à un rythme cardiaque rapide, une perte de poids et une intolérance à la chaleur.

Vos sautes d’humeur se multiplient, vous êtes souvent irritable

Les hormones influencent le fonctionnement du cerveau, en particulier chez les femmes qui subissent plus de déséquilibre hormonal que les hommes. À titre illustratif, la ménopause, la grossesse et le syndrome prémenstruel peuvent contribuer aux changements brusques d’humeur. Si vous êtes de plus en plus irritable sans raison extérieure apparente, il peut être intéressant de booster votre assiette en magnésium (chocolat noir, noix, safran…) et L-Tryptophane (banane, légumineuses, riz complet…) et de vous faire accompagner pour comprendre les causes racines.

déséquilibre hormonal

De même, un déséquilibre hormonal peut engendrer des sautes d’humeur fréquentes. Cela peut avoir un impact négatif sur les personnes touchées. Par ailleurs, des éruptions cutanées et une peau très sèche sont aussi des signes à prendre en compte.

Vous avez du mal à vous concentrer ou souffrez de “brouillard mental”

La fatigue et le manque de concentration chronique peuvent nécessiter un traitement médical. Les problèmes de concentration peuvent se manifester par une perte de mémoire, une difficulté à rester assis ou à penser clairement.

Les personnes qui en souffrent ont souvent des difficultés à rester immobiles ou détendues. L’incapacité à prendre des décisions, à effectuer des tâches compliquées ou un manque d’attention sont aussi des signes à considérer. Si les symptômes perdurent, vous devez consulter un professionnel.

Vous êtes toujours fatiguée même si vous dormez beaucoup

La mélatonine, l’hormone qui déclenche notre endormissement, est produite par une glande dans le cerveau, notamment la glande pinéale ou l’épiphyse. Elle se libère pendant la nuit et réagit à la lumière. Son objectif est de favoriser l’arrivée du sommeil et de faciliter le réveil. À l’inverse de la mélatonine, d’autres hormones peuvent perturber le sommeil. Il s’agit des œstrogènes qui peuvent entraîner l’insomnie pendant la ménopause. Lorsqu’elles diminuent, elles causent des bouffées de chaleur et des suées nocturnes qui perturbent le sommeil.

Par conséquent, l’insomnie peut être attribuée à un déséquilibre hormonal. De plus, à partir de 50 ans, des insomnies et un sommeil fractionné peuvent être le résultat d’une baisse d’œstrogène. Pour minimiser l’impact de ces hormones sur le sommeil, vous devez suivre certaines règles. Vous devez respecter un horaire de sommeil régulier et être bien à l’écoute des premiers signaux de fatigue afin de ne pas manquer votre cycle de sommeil (bâillements, baisse de température…), car les niveaux de mélatonine augmentent environ 2 heures avant le coucher.