Quels sont les symptômes de la névralgie d’Arnold

Bien-être
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
nevralgie

La névralgie d’Arnold ou du grand nerf occipital se caractérise par des douleurs cervicales impactant sur la nuque ou la tête. D’autres douleurs peuvent apparaître comme les maux de tête. Mais quels sont les symptômes de la névralgie ? Et quel est le traitement adéquat pour venir à bout de ce traumatisme ?

Qu’est-ce que la névralgie d’Arnold ?

C’est une inflammation du nerf occipital engendrant de fortes douleurs au niveau du cervical. Vous ressentirez une douleur au niveau du cou, pouvant s’étendre jusqu’au sommet du crâne en passant, par l’oreille et l’œil. Pourquoi est-ce si douloureux à ces zones ? Car elle correspond à la zone du cyir chevelu innervée par ce nerf.

Quand vous souffrez de névralgies, vous ressentirez des décharges électriques, des brûlures ou des fourmillements. La douleur peut être permanente ou arriver au moment de crises. Certaines névralgies s’accompagnent même de douleurs céphalées (différente d’une migraine) et d’une sensibilité du cuir chevelu. Dans certains cas, on peut vivre des vertiges.

L’arthrose est la principale cause, mais on peut aussi retrouver d’autres étiologies comme une hernie, un kyste, un rhumatisme, une excroissance osseuse…

Symptômes de la névralgie d’Arnold

Une nevralgie d arnold se spécifie surtout par une douleur subaiguë, croissant par poussées, comme des décharges électriques dans la zone correspondant au nerf atteint. Elle s’accompagne généralement de troubles des nerfs sensitifs ou moteurs (sciatique), de symptômes visuels (névralgie faciale du nerf trijumeau…) …

Les douleurs musculaires sont intenses et sont fréquemment déclenchées par des mouvements au niveau du cou.

traitement

Comment débloquer le nerf d’Arnold ?

Il existe de multiples traitements pour la névralgie :

  • Les antalgiques qui vont diminuer ou faire disparaître la douleur ;
  • Les AINS ou anti-inflammatoires non stéroïdiens qui vous soulage de la douleur tout en diminuant l’inflammation du nerf ;
  • Les infiltrations de corticoïdes quand le traitement précédent ne suffit pas à soigner la douleur (voir aussi l’esomeprazole) ;
  • Les infiltrations d’anesthésiques s’apparentant à la mésothérapie ;
  • Une chirurgie de stimulation du nerf d’Arnold : Faite dans les services de neurochirurgie fonctionnelle. Consistant en un abord postérieure de la nuque et à placer des électrodes au sein du nerf.

Généralement, un repos de quelques jours permet de soulager ses articulations et les atteintes neurologiques. Le médecin peut aussi recommander le port d’un collier cervical, ou d’un corset. Une intervention chirurgicale peut être pratiquée pour lever la compression et pour un meilleur soulagement.

En complément des traitements médicamenteux, un traitement par kinésithérapie, physiothérapie ou par un ostéopathe est recommandé. Ces professionnels vont assurer la bonne mobilité de la totalité des structures du corps. L’acupuncture est aussi parfaite pour mieux soulager la maladie (voir la SLA).

prendre son tension

Qu’est-ce qui provoque la névralgie ?

La névralgie d’Arnold peut survenir après un choc physique ou émotionnel. Dans la plupart des cas, cette pathologie arrive suite à un accident qui a provoqué un choc à la nuque ou une lésion de la moelle épinière, évidemment de la colonne vertébrale.

Elle peut aussi arriver suite à des traumas répétés au niveau de la région cervicale, à une hernie discale, à une anomalie congénitale ou une inflammation du nerf rachidien. L’apparition de la pathologie peut aussi arriver suite à une arthrose cervicale, la fibrose ou le blocage d’une vertèbre.

Quel spécialiste pour la névralgie d’Arnold ?

Dans le cas d’une névralgie d’Arnold, il faut bien évidemment aller chez le neurologue. En raison du caractère assez douloureux de ce mal, un algologue peut aussi être un bon professionnel à joindre.

Comment diagnostiquer la maladie d’Arnold ?

Le diagnostic se base surtout sur la clinique. Aucun examen en sus ne sera nécessaire pour confirmer cela. Devant les douleurs de ce type, le diagnostic de certitude peut être fait. Il est aussi possible de comprendre la névralgie en tentant de reproduire la douleur en appuyant sur une zone douloureuse ou le nerf émergeant de la 2ème vertèbre cervicale : c’est la trigger zone ou la zone gâchette.

Afin de connaître avec précision la névralgie crâno-faciale, une imagerie sera commandée :

  • Une IRM ou imagerie par résonance magnétique : C’est l’examen de référence en raison de sa précision et de sa forte sensibilité. De plus, c’est un procédé non irradiant qui va mieux apprécier le nerf, les muscles et les ligaments ;
  • Le scanner ou la radiographie face-profil : ce sont deux examens usant de rayons X et qui peuvent être très irradiants différemment de l’IRM.

Une fois le diagnostic pris en compte, le spécialiste avec son patient, peuvent parler des thérapeutiques possibles pour trouver le traitement le plus adapté. Une consultation pour 2nd avis sera nécessaire.